Pour la COP21 : La signature digitale au service de l’écologie

Pour la COP21 : La signature digitale au service de l’écologie
5 (100%) 1 vote

ImprimerAujourd’hui plus que jamais, pour la COP21, le monde entier se mobilise à Paris afin d’aboutir à un accord international sur le climat qui permettra de contenir le réchauffement global en deçà de 2°C.

Privilégier les transports en communs, trier ses déchets, éviter la consommation de produits rares ou protégés, participer au recyclage, ou encore utiliser les énergies renouvelables, chacun d’entre nous possède sa propre méthode pour tenter de réduire son empreinte écologique.

La diminution de l’utilisation du papier fait partie des aspects que l’humain peut maîtriser. Dans les entreprises, cette opération est de plus en plus fréquente pour des raisons écologiques, mais aussi économiques !

Comment les entreprises peuvent-elles lier écologie et productivité?

Une Europe engagée…

L’Union Européenne encourage ses états membres à consommer de moins de moins de papier en créant bon nombre d’initiatives les incitants à dématérialiser leurs processus.

En France, suite à la réussite du dossier pharmaceutique (DP), chaque citoyen affilié à la sécurité sociale, peut créer un dossier pharmaceutique où sera sauvegardée électroniquement la liste des traitements achetés au cours des quatre derniers mois. Ce qui permet donc aux médecins ainsi qu’aux professionnels de santé d’y avoir accès pour améliorer la qualité de leurs prises en charge.

L’Allemagne par exemple a décidé de simplifier certains processus administratifs grâce à la gestion électronique de celui-ci.

L’Italie est également en pleine transition vers le tout numérique pour le développement d’outils pour la facturation et le paiement électronique. Ce passage au numérique concerne également tous les processus de l’administration publique.

Le gouvernement Belge, quant à lui, est motivé par la lutte contre le gaspillage du papier. Il encourage à la pratique des politiques de bureau « zéro papier ».

La COP21, qui se déroule cette année à Paris du 30 novembre au 11 décembre, réunit près de 150 chefs d’Etat et au total plus de 40 000 participants venus des quatre coins du monde pour mettre en place des mesures et lutter contre de dérèglement climatique.

Et si nous oubliions le papier ?

C’est dans ce contexte là que je me suis intéressée à ce sujet qui nous concerne tous au quotidien et qui interpelle de plus en plus d’entreprises qui participent largement à la sauvegarde de l’environnement, en faisant le choix de limiter leur consommation en papier par exemple.

En effet, savez-vous que pour produire une tonne de papier, soit 400 ramettes, nous avons besoin de 17 arbres, 26500 litres d’eau douce, 4100 kWh d’électricité, 3 barils sans compter que nous produisons par la même occasion 3m3 de déchets.

En effet, l’empreinte écologique du papier est dramatique. Sachant que plus de 80% de nos forêts primaires ont disparu, 42% du bois est destiné à la fabrication du papier …

Imaginez le nombre d’arbres et de forêt que nous pourrions sauver si les entreprises, notamment, limitaient leur consommation de papier ?

Quelle solution ?

Aujourd’hui, les entreprises peuvent largement contribuer à la réduction de papier en proposant des moyens innovants à leurs agents, avec la signature digitale de contrat par exemple.

Celle-ci agit également sur la réduction de coût car l’agent en question peut faire signer des contrats à distance, ce qui réduit le coût lié au déplacement, ou alors au recommandé si le contrat est envoyé par courrier. Un agent qui se déplace chez son client n’a plus besoin d’avoir une ramette de papier correspondant aux différents contrats qu’il peut faire signer, il les retrouve tous dans sa tablette et son client utilise la signature digitale pour valider son accord.

Aujourd’hui la signature digitale a exactement la même valeur juridique que la signature manuscrite, si l’agent n’a pas besoin d’être présent au moment de la signature du contrat, il est donc tout à fait possible de dématérialiser le processus et d’envoyer le document électroniquement. Ainsi la société économise les frais de déplacement mais contribue également à la protection de l’environnement.

Les entreprises qui ont des préoccupations tantôt écologiques, tantôt économiques trouvent finalement leur compte dans la dématérialisation.

Aujourd’hui, au-delà de participer à des manifestations comme la COP21, tous, nous pouvons faire des gestes quotidiens pour sauver la planète. Si les particuliers peuvent faire le tri des poubelles et autres, les entreprises, elles, peuvent éliminer le papier. Non seulement, elles contribueront à la sauvegarde de la planète mais y trouveront d’autres avantages comme le gain d’argent et de temps, si précieux à toute entreprise qui se respecte !

Livre blanc Calinda
Livre blanc Calinda

The following two tabs change content below.
Soraya Chraibi

Soraya Chraibi

Responsable comptes clés chez Calinda Software

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *