La phobie administrative : une maladie française

la bureaucratie et la phobie administrative
La phobie administrative : une maladie française
5 (100%) 10 votes

La bureaucratie règne désormais dans notre pays, et la gestion administrative est devenue de plus en plus chronophage pour les organisations, et même pour les individus. Au nom du contrôle de la fiscalité et du cadre juridique des transactions opérées entre eux au quotidien par les acteurs de la société, elle mobilise une part toujours plus important des forces vives de la nation. Les Français sont fatigués de tant de paperasse ! Burnout, perte de motivation, ils veulent retrouver le sens et la finalité de leurs actions de tous les jours !

La paperasse : un fardeau pour tous les citoyens

Les piles de papiers n’en finissent plus de grandir sur nos bureaux et dans nos tiroirs. Sur le plan personnel comme professionnel, les Français sont de plus en plus excédés par la lourdeur des processus existants.

Les exemples ne manquent pas au quotidien ! Prenons la rentrée scolaire de nos enfants : quelle bureaucratie ! Il faut les inscrire tous les ans à la cantine, à l’étude, au centre de loisirs, à leurs associations sportives … A chaque fois, cela implique d’écrire les mêmes informations encore et encore, sur un nombre sans cesse croissant de formulaires. Et, de plus en plus souvent, le besoin des administrations de se couvrir de tous les risques (on aimerait savoir lesquels !) les conduisent à multiplier encore leurs exigences bureaucratiques : certificats médicaux multiples et attestations d’assurance à foison.

administration bureaucratiqueCôté professionnel, qu’il s’agisse de la création d’une entreprise, de la gestion administrative des ventes ou à une plus petite échelle du relevé de leur boîte au lettre, les Français deviennent allergiques à toute cette paperasse qui leur prend du temps, de l’énergie, de l’argent et finalement une partie de leur vie.

 

En un frein au développement économique

Prenons, dans la sphère professionnelle, d’autres exemples de bureaucratie qui nous énervent :

RSI phobie administrativeSi vous décidez de créer une entreprise par exemple, vous savez à quel point ce processus est long et épuisant. Vous devez compléter des formulaires et fournir des copies de vos justificatifs à tout bout de champ ! Pour vous immatriculer dans un premier temps, mais aussi par la suite pour services fiscaux, RSI ou Urssaf, greffe du tribunal de commerce, etc. Toutes ces administrations semblent prendre à malin plaisir à ignorer totalement l’ensemble du processus pour vous faire porter seul le désespoir devant tant de gaspillage. Et ce n’est là que le début de vos tracas, puisque la gestion au quotidien d’une entreprise est devenue un Everest bureaucratique qui nécessite de consacrer de plus en plus d’argent pour s’entourer de professionnels dans le seul but de l’escalader sans chuter, le tout dans un épais brouillard.

Même pour ceux qui renoncent à créer une entreprise, la gestion administrative pollue le quotidien de millions de salariés. De plus en plus de professionnels, dans tous les domaines, déplorent même de passer plus de temps à gérer les tracas administratifs qu’à exercer leur cœur de métier… Leur écoeurement les pousse même parfois jusqu’au renoncement.

Les talents démissionnent, découragés par la bureaucratie qui a englouti leur passion

talents découragés par la bureaucratieRécemment, j’ai eu l’exemple d’un architecte passionné qui, écoeuré de ne plus pouvoir s’adonner à sa passion du fait d’une asphyxie bureaucratique, a jeté l’éponge et pris sa retraite ! «On ne fait plus de l’architecture, on ne fait que de la paperasse ! J’arrête », a-t-il justifié auprès de ses associés médusés. Un talent confirmé a ainsi quitté l’appareil productif français. Un de plus, quel gâchis encore une fois ! Mais combien sont-ils chaque année, à renoncer à mettre leur passion et leur expertise au service de la société, découragés par la machine infernale administrative, qui étend chaque jour son emprise sur leur vie, comme une marée noire pour étouffer toute initiative, tout enthousiasme, toute passion ?

L’envoi de contrats commerciaux par la poste pour signature à distance d’un client par exemple. Cette perte de temps et d’énergie que nous consacrons tous à traiter le papier devient contre-productive pour les organisations.

Comment s’en sortir ?

Pour se sortir de cette situation qui ressemble à un cercle vicieux, plusieurs approches existent.

En premier lieu, il serait salutaire de remettre du sens dans toutes ces actions, dont on doit bien constater que la finalité, légitime ou non, échappe à tous les protagonistes. Pourquoi ne pas rendre obligatoire la justification précise de chaque contrainte administrative supplémentaire ? Pourquoi au fond doit-on produire une attestation d’assurance ? Cette démarche permettrait de faire émerger des pistes de solution pour adresser les vrais sujets de responsabilité, au lieu de les masquer sous une pile de papier.

En second lieu, il faudrait pénaliser tout organisme ou ensemble qui exige la fourniture d’informations qui sont déjà entre ses mains. Cela obligerait les organisations sous-optimales à se réformer plutôt que de faire porter le fardeau de leur inefficacité à leurs usagers.

Enfin, sur le plan technologique, un espoir semble poindre à l’horizon. Afin de simplifier les processus et ainsi pouvoir optimiser le temps et la performance de chacun, la digitalisation se met progressivement en place dans les organisations. L’objectif est de trouver des outils permettant de gagner du temps tout en respectant les processus internes et le cadre juridique.

L’une des révolutions les plus efficaces contre la bureaucratie et les lourdeurs administratives n’est autre que la signature électronique. Légale depuis de nombreuses années, elle élimine le frein le plus évident à la digitalisation. C’est le chaînon manquant qui permet de se passer complètement du papier dans l’ensemble des processus, même lorsque des responsabilités doivent être engagées.

Bibliographie :

 

(sponsor) Pour éviter de donner une image bureaucratique à votre organisation, équipez-la de la signature électronique ! Essayez gratuitement :

 

The following two tabs change content below.
Alex Mermod
Fondateur de Calinda Software, spécialiste de la collaboration professionnelle à haute performance, et de la signature électronique dans la vente.

1 Commentaire

  1. Ping : Mon entreprise est passée au ZERO PAPIER : retour d'expérience - Saisir les opportunités de l’économie de la connaissance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *